Les 5 commandements du journaliste web

Au delà de son activité essentielle qui consiste à collecter, trier l’information et porter un éclairage instructif sur un fait donné à ses lecteurs, lorsqu’il exerce sur le web, le journaliste est amené à endosser des compétences annexes. Forcé de s’adapter à l’évolution des usages médiatiques, il doit notamment associer à sa plume des compétences techniques et communicationelles.  Sans prétention d’exhaustivité, je vous propose à travers ce billet un petit panorama des nouveaux aspects du journalisme qu’implique la convergence numérique. Zoom sur les 5 commandements du journaliste 2.0.

illustration : Victor Coste


1. Pour fidéliser tes lecteurs, des réseaux, tu te serviras

Plus communément appelée Community Management, cette activité est primordiale dans le cadre du journalisme web. Exerçant très souvent ses compétences dans le département marketing d’une entreprise de presse, le community manager est le garant du buzz, c’est-à-dire qu’il va faire du bruit autour du média pour lequel il travaille. Son champs d’action : les blogs, les forums et les réseaux sociaux – générateurs de communautés par excellence – avec en ligne de mire, Facebook et  Twitter mais aussi Linked-In ou encore Viadeo. Garant de la réputation du média, le community manager est également un veilleur assidu ; il anime, influence, modère les discussions autour du média ou de l’info diffusée par celui-ci.

2. En infomédiaire de qualité, tu te positionneras 

Si le web est une source indéniable d’informations, il peut être très vite victime de son succès, comme je l’expliquais dans un précédent billet. Effectivement, le risque sur la toile est de se retrouver submergé par le trop d’informations et de ne pas parvenir à discerner l’info véridique de l’intox. En cela, le journaliste web doit exercer un véritable travail d’infomédiation, en se positionnant comme un intermédiaire de qualité entre l’information sur Internet et le lecteur, dans l’optique d’aider ce dernier dans son itinéraire vers l’info. Pour ce faire, le journaliste infomédiaire doit non seulement effectuer un travail de veille ; il doit aussi proposer à son lectorat une info triée, vérifiée, éditorialisée. On l’appelle également curateur de contenu.

3. Pour clarifier l’info, des données, tu te serviras

Fournir une information instructive et autant que faire se peut exhaustive à son lecteur, oui. Encore faut-il qu’elle soit compréhensible ! Afin de faciliter la lisibilité de certaines informations difficiles à digérer, une nouvelle discipline a vu le jour dans le monde du webjournalisme, il s’agit du journalisme de données ou data journalisme. Elle consiste à présenter l’information sous un angle alternatif, celui des données (chiffres, graphiques, etc.), lesquelles permettent au lecteur de  conceptualiser cette info afin de l’appréhender plus facilement. En mettant en scène l’information pour la rendre plus assimilable, le data journalisme se focalise essentiellement sur la capacité de compréhension visuelle des lecteurs, et notamment en mettant l’accent sur le design. Un aspect développé par l’écrivain, designer et journaliste au Guardian David McCandless, qui propose une véritable alliance entre l’art et les données via sa conception de la Datavision.

4. Au choix de tes mots, attention, tu feras

50 à 70% des articles en ligne sont consultés à la suite d’une recherche sur les moteurs. Partant de ce constat, les journalistes web ont fort intérêt à optimiser les termes qu’ils emploient dans leurs articles, afin de rencontrer la demande du lecteur et de garantir la visibilité de leurs publications. C’est dans cette perspective que les méthodes de SEO (Search Engine Optimization ou Optimisation pour les Moteurs de Recherche) entrent en jeu. Elles consistent à renseigner les robots d’indexation des moteurs de recherche sur le contenu d’une page web. L’objectif étant d’optimiser les vues sur ce contenu. Les techniques de SEO sont d’autant plus importantes dans les titres d’articles, qui doivent être clairs et contenir l’information essentielle via le choix de mots clés.

5. De live, tu t’abreuveras 

La particularité du média Internet par rapport à ses confrères, on ne le répétera jamais assez, c’est son caractère instantané. Une particularité poussée à son paroxysme grâce à l’ascension fulgurante de plates-formes communautaires, et en particulier, la plate-forme de micro blogging, Twitter. S’il suit de manière assidue le commandement n° 1, le journaliste web sait aussi qu’il doit redoubler d’efficacité pour fournir l’information en temps réel (dans la mesure du possible), sous peine d’être taclé de #OLD par ses confrères du même milieu… Pour répondre à ce besoin constant d’instantanéité, certains journaux ont même intégré le live à leur version sur la toile, à l’instar du monde.fr qui dans sa nouvelle version propose aux internautes d’intéragir en live avec la rédaction du journal.

Un commentaire

  1. Pingback: Le journalisme numérique en quelques points « Horizons Médiatiques – Edition Europe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :